21 mai 2008

Rien de trop beau pour toi...

Il se tenait devant elle, le dos courbé, les mains aggripants le rebord de la cuisinière et se savait jugé. C'était la premiere fois qu'il lui apparaissait vieux, qu'elle détournait le regard de peur de le surprendre. Celui qu'elle prenait pour une montagne de force lorsqu'elle était enfant n'était plus qu'une petite chose fragile dans la lumiere blanche des néons, dans cette cuisine trop petite pour y être à l'aise et où une odeure de rence flottait dans l'air. Elle eut honte de ne plus croire en cet homme et chassa cette pensée comme on chasse les papillons. Elle le convinct de l'enmener boire un café, dans ce pub qu'il aimait tant autrefois. Elle ne voulait se souvenir que des bonnes choses, de la chaleure, des vieux fauteuils rouges en cuire, de son sourire et de l'odeure du papier journal, et rien d'autre que cela. C'était suffisant. Il s'interessa à sa vie, se sentit renaître quand elle lui effleura le bras, pris plaisir à l'écouter, marmona des bribes de mots pour ne pas l'inquiéter et fini par lui promettre de l'appeler. Elle ne sait pas elle ce que c'est de vieillir. D'être trop faible pour se lever, pour parler, pour s'habiller. Elle ne peut pas deviner qu'on est lache et mou quand on est vieux. Et de toutes les façons comment pourrait-elle le savoir ? Sa peau à elle est tendue, rose, brillante; ses os ne la blessent pas et elle peut aller au cinéma sans avoir besoin de s'assoire au premier rang. Ca ne sent jamais l'urine dans son appartement, elle ne mouille pas ses draps comme une enfant. Comme un enfant ou comme un vieux pense-t-il. Et comment pourrait-il le lui dire? Elle ne vieillira pas,elle. Elle trouvera autre chose pour se tuer avant. Quelque chose de classe et de raffiné qui lui ressemble. Non, biensur qu'elle ne connaitra pas la déchéance humaine, le pus, les escarts, les sels, la douleur, l'angoisse et la honte.

Posté par Chetive à 08:58:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Rien de trop beau pour toi...

Nouveau commentaire